Tracés

Revue de sciences humaines

Revue interdisciplinaire de sciences humaines et sociales

An interdisciplinary journal of humanities and social sciences

Accéder au site
Tracés

La revue de sciences humaines et sociales Tracés, éditée par ENS Éditions, réunit trois fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour d’un thème ou d’un problème commun traversant les sciences humaines et sociales. Parfois, il s’agit de rendre compte d’un débat ancien qui a pris un tour nouveau en raison de l’actualité éditoriale ou d’événements politiques. D’autres fois, l’ambition est de soumettre à une interrogation croisée une notion que les multiples traditions intellectuelles et disciplinaires abordent en ordre dispersé ou dont il est fait un usage mal contrôlé. La conviction profonde de Tracés est que le dialogue interdisciplinaire est fécond et créateur. 

Tracés, a journal of social sciences and humanities, is published by ENS Éditions. Three times a year, Tracés brings together authors from a variety of disciplines to discuss a topic or a common issue that cuts across the human and social sciences. Sometimes this entails reopening an old debate which has taken a new turn in light of political or editorial developments. At other times the ambition is to submit to a cross-disciplinary examination a notion that a number of intellectual traditions approach independently or loosely. Tracés is strongly convinced that dialogue between disciplines is fruitful and creative. 

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

redactraces@groupes.renater.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Emmanuel Trizac

Rédacteur(s) en chef

Thomas Angeletti, Manon Him-Aquilli

Responsable de l'édition électronique

Lilian Étienne

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2002-2023

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Trois fois par an

Année de création

2002

Date de mise en ligne

25 avril 2008

ISSN format électronique

1963-1812

ISSN format papier

1763-0061

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

50 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Licence

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Droits d'auteur

L’auteur ne cède pas ses droits à titre exclusif à la revue

Coordonnées

Courriel

redactraces@groupes.renater.fr

Adresse postale

Tracés
École normale supérieure de Lyon
15 Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

44 | 2023 – États de crise

Couverture Tracés. Revue de sciences humaines

Comment une crise naît-elle, vit-elle, meurt-elle  ? À ces questions classiques des sciences sociales, ce numéro de Tracés propose un pas de côté en interrogeant les « états de crise », c’est-à-dire les procédures savantes et ordinaires par lesquelles une situation donnée, dans différents mondes sociaux, est qualifiée de « critique » et objectivée comme une crise. Réunissant des contributions de chercheurs en sciences humaines et sociales, des entretiens avec des reportrices de guerre et un diplomate et des traductions inédites d’auteurs et de militants politiques, il décompose le processus de qualification – un ensemble d’opérations épistémiques, pratiques et normatives – d’une configuration donnée en crise politique, qu'il aborde en articulant l’analyse des conjonctures critiques et l’histoire du concept de crise. Le dossier se structure autour de trois axes. Le premier a trait au concept de crise, à la manière dont il impose un rapport singulier à la temporalité, construit par différents champs de savoir (philosophie, arithmétique politique, économie, analyse politique) depuis l’Antiquité grecque. Le deuxième porte sur la façon dont le concept est réapproprié par les acteurs contemporains, par l’intermédiaire d’opérations de qualification spécifiques en lien avec l’expérience sociale. Le troisième concerne les modalités d’explication et de prévision singulières que la qualification de crise rend possibles dans différents mondes sociaux.

How does a crisis come into being, exist and pass? In response to these classical questions of the social sciences, this issue of Tracés takes a step aside by examining “states of crisis”, i.e., the scholarly and ordinary procedures by which a given situation, in different social worlds, is qualified as “critical” and objectified as a crisis. Bringing together contributions from researchers in the humanities and social sciences, interviews with war reporters and a diplomat, and previously unpublished translations by authors and political activists, it analyses the process of qualification – a set of epistemic, practical and normative operations – of a given configuration as a political crisis, which it approaches by linking the analysis of critical conjunctures and the history of the concept of crisis. The dossier is structured around three themes. The first deals with the concept of crisis, and the way in which it imposes a singular relationship to temporality, constructed by different fields of knowledge (philosophy, political arithmetic, economics, political analysis) since Greek Antiquity. The second concerns the way in which the concept is re-appropriated by contemporary actors, through specific qualification operations linked to social experience. The third concerns the singular methods of explanation and prediction that the qualification of crisis makes possible in different social worlds.