Laboratoire italien

Politique et société

Revue consacrée à l'étude de l'Italie passée et présente comme un lieu privilégié d'étude du politique

A journal specialised in Italian politics, past and present

Accéder au site
Laboratoire italien

Laboratoire italien se propose de constituer un lieu de réflexion et de débat pour tous ceux qui s’intéressent à l’Italie en tant que « laboratoire politique ». Concevoir un « laboratoire politique » italien signifie considérer l’Italie, dans sa pluralité et diversité, du Moyen Âge à nos jours, comme un lieu d’élaborations et de réalisations multiples du politique. Concevoir l’Italie comme un « laboratoire » signifie aussi, sur le plan méthodologique, promouvoir des analyses fondées sur des expériences autant que sur des textes et des concepts, loin de toute volonté d’idéalisation. Unité d’objet, pluralité de perspectives : tout se tient dans la constitution du politique. Laboratoire italien est publié avec la collaboration du CERPPI (ENS) et du Dipartimento di scienze giuridiche dell’Università di Trento.

The aim of Laboratoire italien is to provide a focus for thinking and debate for all those interested in Italy as a “political laboratory”, from the Middle Ages to the present day. The term “political laboratory” in relation to Italy implies considering the country in its diversity and pluralism, as a locus for multiple developments and achievements in politics. The idea of Italy as “laboratory”, on the methodological scale, also means promoting analyses based on experiment and experience, as much as on texts and concepts, without idealising, through a plurality of perspectives on a single object, politics. Laboratoire italien is published with the collaboration of the CERPPI (ENS) and the Dipartimento di scienze giuridiche dell’Università di Trento.

Éditeur

ENS Éditions

Les Éditions de l’École normale supérieure de Lyon, créées en 1993 à Fontenay-Saint-Cloud, ont pris un nouveau départ après l’installation, en 2000,  de l’École (ENS LSH) à Lyon. En 2011, fortes de l’apport des publications de l’Institut national de recherche pédagogique, elles doivent désormais relever le défi des enjeux de l’École dans toute sa diversité actuelle après la fusion des deux ENS lyonnaises et la création en son sein de l’Institut français de l’Éducation. ENS Éditions publie donc des ouvrages de toute origine, de chercheurs français ou étrangers, en harmonie avec les questionnements des centres de recherche de l’ensemble de l’École.

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Politique d'accès

Open access Freemium

RSS

S'abonner

Contact

revue.laboitalien@ens-lyon.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Emmanuel Trizac

Rédacteur(s) en chef

Matteo Palumbo, Romain Descendre

Responsable de l'édition électronique

Anne Vernay

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2001-2023

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Semestrielle (deux fois par an)

Année de création

2000

Date de mise en ligne

07 juillet 2011

ISSN format électronique

2117-4970

ISSN format papier

1627-9204

Langues de publication

Français, Italiano

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en simple aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

26 semaines

Politique de droits d'auteur et de diffusion

Politique de dépôt en archives ouvertes

http://heloise.ccsd.cnrs.fr/reviewid/704

Licence

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

Droits d'auteur

L’auteur ne cède pas ses droits à titre exclusif à la revue

Coordonnées

Courriel

revue.laboitalien@ens-lyon.fr

Adresse postale

Laboratoire italien
ENS - Lettres et Sciences humaines
15 parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon CEDEX 07
France

Ville de production

Lyon

Actualités

Nouveau numéro

31 | 2023 – Gênes 2001

Le sommet du G8 qui s’est tenu à Gênes les 19, 20 et 21 juillet 2001 constitue l’un des faits politiques qui ont inauguré le XXIe siècle. La mobilisation globale dont la ville italienne fut le théâtre, six semaines avant les attentats du 11 septembre 2001 à New York, marque à la fois l’apogée et le début d’un déclin du mouvement altermondialiste apparu sur la scène internationale quelques années auparavant. Les manifestations organisées en marge de la réunion des chefs d’État ont fait l’objet d’une répression policière sans équivalent en Europe et dans le monde occidental depuis les années 1970. Elles ont été endeuillées par la mort de Carlo Giuliani, jeune manifestant abattu de deux balles de pistolet par un carabinier sous l’objectif des photographes. Moment fondateur ou tournant, ces journées de contestation constituent, pour toutes ces raisons, un repère mémoriel majeur : l’événement « Gênes 2001 ». À l’occasion de son vingtième anniversaire a été organisé à l’ENS de Lyon un colloque sur ce thème, à l’intersection des arts, des sciences sociales et de la science politique, dont un certain nombre de communications sont ici rassemblées parallèlement à des contributions inédites. Ce numéro invite en somme à relire « Gênes 2001 » dans la longue durée, à travers ses ramifications présentes et passées.

Il vertice del G8 tenutosi a Genova il 19, 20 e 21 luglio 2001 è stato uno degli eventi politici più importanti del XXI secolo. La contestazione che ebbe luogo nella città italiana sei settimane prima degli attentati dell’11 settembre 2001 a New York segnò sia l’apogeo che l’inizio del declino del movimento no-global che era apparso sulla scena internazionale pochi anni prima. Le manifestazioni organizzate a margine della riunione dei capi di Stato sono state oggetto di una repressione poliziesca senza precedenti in Europa e nel mondo occidentale dagli anni Settanta. L’evento fu segnato dalla morte di Carlo Giuliani, un giovane manifestante colpito da due colpi di pistola sparati da un carabiniere. Momento fondativo o punto di svolta, queste giornate di protesta costituiscono un punto di riferimento memoriale, un evento politico nel senso più pieno: l’evento «Genova 2001». In occasione del ventesimo anniversario, all’ENS di Lione si è tenuto un convegno, all’incrocio tra le arti, le scienze sociali e le scienze politiche. Alcuni interventi sono qui raccolti insieme a contributi inediti. Questo numero ci invita a rileggere Genova 2001 sul lungo periodo, attraverso le sue ramificazioni presenti e passate.

The G8 Summit held in Genoa on 19, 20 and 21  July 2001, is one of the political events that inaugurated the 21st century. The global mobilisation that took place in the Italian city six weeks before 9/11 marked both the apogee and the beginning of the decline of the alter-globalisation movement that appeared on the international scene just a few years earlier. The protests organised on the sidelines of the meeting of Heads of State were met with police repression that was unprecedented in Europe and the Western world since the 1970s. Demonstrators were plunged into mourning by the death of Carlo Giuliani, a young protester shot twice by the Italian police as photographers looked on. Whether they are considered a founding moment or a turning point, for all these reasons these days of protest are an important memorial marker: the “Genoa 2001” event. To coincide with its 20th anniversary, a three-day conference was organised at the ENS of Lyon on this subject, combining arts, social sciences and political science. Some papers have been assembled here along with unpublished contributions. In short, this issue invites us to review “Genoa 2001” over the longer term, through its present and past implications.