Cahiers d’études africaines

Revue interdisciplinaire bilingue consacrée aux sciences sociales sur l'Afrique et le Monde noir

A multidisciplinary bilingual journal promoting africanist research in the humanities

Accéder au site
Cahiers d’études africaines

Les Cahiers d’Études africaines, depuis leur fondation en 1960, privilégient la publication d’articles inédits, nourris par des enquêtes originales et des apports théoriques consolidés ou émergents. Tout en étant interdisciplinaire, la revue privilégie les recherches anthropologiques et historiques sur l’Afrique et les sociétés liées à l’Afrique à travers le monde.

The Cahiers d’Études africaines, founded in 1960, have ever since favored the publication of previously unpublished articles, original investigations along with confirmed or emerging theoretical contributions.  While encouraging interdisciplinary perspectives, the journal concentrates on anthropological and historical research on Africa and societies linked to Africa throughout the world.

Éditeur

Éditions de l’EHESS

L'activité éditoriale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales s'inscrit dans la tradition et la vocation de l'institution, depuis la création de la VIe section de l'École Pratique des Hautes Études en 1947. Les Éditions de l’EHESS ont pour mission de faire connaître et diffuser, auprès de la communauté scientifique et d'un public curieux des sciences sociales, des recherches exigeantes et novatrices. En accord avec la tradition expérimentale de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, elles participent à l'exploration de nouveaux champs de savoirs et travaillent au projet intellectuel des sciences sociales, dans la pluralité des manières de faire, des terrains et des périodes qui organisent ces disciplines.

En savoir plus

Politique d'accès

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn

RSS

S'abonner

Contact

cahiers-afr@ehess.fr

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc | Via WorldCat

Directeur de la publication

Christophe Prochasson

Rédacteur(s) en chef

Eloi Ficquet

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2000-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès après un délai de restriction de 2 ans

Périodicité

Trimestrielle

Année de création

1960

Date de mise en ligne

01 juillet 2003

ISSN format électronique

1777-5353

ISSN format papier

0008-0055

Langue de la publication

Français

Coordonnées

Courriel

cahiers-afr@ehess.fr

Adresse postale

Cahiers d’études africaines
IMAf - Bâtiment de recherche Sud, 4126
Campus Condorcet
5, rue des Humanités
93300 Aubervilliers Cedex
France

Ville de production

Paris

Actualités

Nouveau numéro

253 | 2024 – Varia

Couverture
ISBN 9782713233562

Ce numéro s’ouvre sur un hommage à l’anthropologue Marc Augé qui, par son remarquable travail empirique et théorique, occupe une place de premier plan dans l’histoire de l’africanisme et de l’anthropologie (J.-P. Dozon). Ce point d’entrée dans le numéro fait ressortir les héritages entre africanisme des années 1960 et études africaines d’aujourd’hui, que les articles illustrent, mais aussi les écarts dans les approches, les questionnements et les ambitions. L’histoire de vie est un outil heuristique pour décrypter des dynamiques plus larges, ici le transport urbain dakarois et ses transformations (J. Lombard & C. Valton). Le nationalisme nigérian se déterritorialise et se pluralise par la circulation de photographies mémorielles sur les réseaux sociaux (O. Nwafor). Restituer une situation d’empoisonnement depuis le point de vue de l’empoisonné permet de saisir le poids de la menace, du soupçon et de la compétition chez les réfugiés congolais de Kampala (A. Franklin). Les pratiques religieuses au Kenya révèlent les trajectoires mobiles des croyants entre églises et entre dénominations, à l’encontre d’une caractérisation du religieux par la fidélité et la constance (Y. N. Gez & Y. Droz). L’étude des stratégies alimentaires dans un village rural tanzanien démontre combien production économique et reproduction sociale reposent sur l’exploitation des femmes (J.-L. Paul, S. Duvail, O. Hamerlynck & K. Kindinda). Que des savoirs moraux, sociaux et politiques aient pu être produits indépendamment des catégories de pensée européennes, c’est ce qu’illustrent maintes œuvres littéraires yorùbá (S. S. Ayọ̀bámi Akínrúlí & L. C. Martins Campos Akínrúlí). Enfin, les personnages féminins du roman Half of a Yellow Sun de Chimamanda Ngozi Achidie, politiquement engagés, contredisent la thèse de Frantz Fanon sur la paresse intellectuelle des classes moyennes africaines (M. Ghazi Alghamdi).

This issue opens with a tribute to anthropologist Marc Augé, a leading figure in the history of Africanism and anthropology due to his remarkable empirical and theoretical work (J.-P. Dozon). This entry point into the issue highlights the legacy between the Africanism of the 1960s and contemporary African studies, which the articles illustrate, but also differences in approaches, questioning and ambitions. Life history is a heuristic tool for deciphering broader dynamics, in this case Dakar's urban transport and its transformations (J. Lombard & C. Valton). Nigerian nationalism becomes deterritorialized and pluralized through the circulation of memorial photographs on social networks (O. Nwafor). Restituting a poisoning situation from the point of view of the poisoned allows us to grasp how much threat, suspicion and competition weigh in on Congolese refugees in Kampala (A. Franklin). Religious practices in Kenya reveal the mobile trajectories of believers between churches and between denominations against the idea that religiosity is about being committed and constant (Y. N. Gez & Y. Droz). The study of food strategies in a rural Tanzanian village demonstrates the extent to which economic production and social reproduction are based on the exploitation of women (J.-L. Paul, S. Duvail, O. Hamerlynck & K. Kindinda). That moral, social and political knowledge could be produced independently of European categories of thought is illustrated by many Yorùbá literary works (S. Ayọ̀bámi Akínrúlí & L. C. Martins Campos Akínrúlí). Finally, the politically committed female characters in Chimamanda Ngozi Achidie’s novel Half of a Yellow Sun contradict Frantz Fanon’s thesis about the intellectual laziness of the African middle classes (M. Ghazi Alghamdi).